COVID ou pas, la CAVP n'entend pas ralentir ses efforts

(Le Nouvelliste)

COVID ou pas, la CAVP n'entend pas ralentir ses efforts
Édition: Le Nouvelliste
Publié le mercredi 20 janvier 2021 à 00:00
Auteur: Brigitte Trahan

Trois-Rivières — En tant que citoyens, les membres de la Coalition d'aide aux victimes de la pyrrhotite se disent bien conscients que la crise sanitaire actuelle coûte cher à l'État. Malgré tout, l'organisme n'entend pas ralentir ses démarches pour venir en aide aux propriétaires qui sont toujours aux prises avec cette pierre nuisible dans leurs fondations.

«Le dossier de la pyrrhotite était là avant la COVID et si les gouvernements avaient réglé davantage les choses avant la COVID, il y aurait des dossiers de réglés. Nous ne pouvons pas décider de ralentir ou d'attendre que tout ça passe parce qu'on ne veut pas tomber dans les oubliettes», fait valoir Michel Lemay, vice-président de la CAVP.

Ce dernier estime que les efforts de la Coalition portent leurs fruits malgré la pandémie. «Déjà, l'an passé, le fait d'avoir réglé deux dossiers dans le contexte de la COVID (le paiement par Québec des tests de pyrrhotite et les lettres de conformité pour les maisons en zone grise) c'est déjà un exploit», souligne-t-il.

Trois députés régionaux du Bloc québécois, Yves Perron, Louise Charbonneau et Louis Plamondon, ont publié un communiqué, mardi, dans lequel ils déplorent que le fédéral n'ait joué aucun rôle dans cette première annonce. «Ce n'est pas normal et ça nous inquiète pour la suite des choses», précise le communiqué.

Michel Lemay explique toutefois que ces deux demandes qui ont fait l'objet d'une première annonce, en décembre, «étaient strictement de juridiction provinciale. Ça ne touchait pas l'implication fédérale», dit-il.

«Cette année, si le gouvernement du Québec bonifie le programme d'aide de 75 000 $ sous forme de prêt et ajuste le montant à octroyer aux condos qui n'est présentement que de 75 000 $ par condo et non par propriétaire, là, c'est vrai qu'on va demander la contribution du fédéral», explique-t-il.

En septembre dernier, la CAVP avait d'ailleurs rencontré le ministre fédéral François-Philippe Champagne. «Il nous a dit: ''Oui, je serai à l'écoute et je serai au rendez-vous la journée où le provincial bonifiera le programme.'' Il faut donc que le provincial bonifie le programme d'aide et demande au fédéral d'embarquer», explique M. Lemay en rappelant que c'est ainsi que ça s'était passé avant qu'Ottawa accorde une première aide de 30 M$.

Le récent changement de ministère de M. Champagne, qui est maintenant à l'Innovation, Sciences et Industrie, est vu d'un bon œil par la CAVP, indique M. Lemay. «Dans ses nouvelles fonctions, les volets économie régionale et développement économique régional font partie de son mandat», souligne-t-il. «Or, si les gouvernements aident les gens à réparer leurs maisons, ils vont aider à la relance économique», fait valoir le vice-président de la CAVP.

Le député bloquiste Yves Perron croit que M. Champagne, avec son nouveau titre, est en effet «en mesure de jouer un rôle clé dans l'engagement du fédéral pour un règlement final du dossier de la pyrrhotite. J'en appelle à la bonne foi et à l'engagement de monsieur Champagne pour le bien de la région. Il doit répondre à la population et faire en sorte que le gouvernement dont il fait partie fasse partie de la solution», plaide-t-il.